Simuler les aides aux employeurs

Maitrise des coûts salariaux

La formation d’un salarié en alternance permet à l’entreprise de réaliser des économies substantielles en comparaison de l’embauche d’un salarié classique. Pour compenser l’effort consenti dans la formation des alternants, les contrats en alternance proposent des niveaux de rémunération minimale inférieurs à ceux du salariat de droit commun et l’entreprise ne comptabilise pas ses alternants dans le calcul des effectifs (et des obligations qui en découlent).

Dans le cadre du contrat d’apprentissage, le niveau de rémunération minimale d’un apprenti représente de 27 à 100% du Smic selon l’âge du candidat et son niveau de qualification à la signature du contrat : de 27% du Smic pour un apprenti mineur en 1ere année à 100% du Smic pour un apprenti de plus de 26 ans et plus.

Le contrat de professionnalisation encadre également la rémunération des alternants : entre 55% du Smic au minimum pour un bachelier de moins de 21 ans à 100% du salaire minimal conventionnel de branche pour un candidat âgé de plus de 26 ans.

 

Bénéfices d'aides et éxonérations spécifiques

En contrepartie des efforts consentis par l’entreprise pour la formation de salariés en alternance, un ensemble d’aides et d’exonérations permet de diminuer le coût de l’alternance pour l’employeur.

Les contrats d’apprentissage permettent ainsi à l’entreprise de bénéficier d’une aide à l’embauche, d’exonération totale ou partielle des charges sociales du contrat (en fonction de la taille de l’entreprise) et du crédit d’impôt apprentissage. La formation pédagogique des maîtres d’apprentissage, responsable des candidats dans l’entreprise, est couverte par la cotisation à la formation professionnelle continue.

Les contrats de professionnalisation ouvrent droit pour l’entreprise à une aide à l’embauche des candidats de 26 ans et plus ou des demandeurs d’emplois de 45 ans et plus.